Jan Karski

De tous les émissaires qui permirent de garder des contacts entre la Pologne occupée et les autorité en exil, c’est le nom de Jan Karski qui vient le premier à l’esprit. Pas tant en raison des aventures qui accompagnèrent ses missions que de leur importance de premier plan.

Jan Karski (de son vrai nom Jan Romuald Kozielewski) est né en 1914 à Łódź. Il termina ses études de droit et de diplomatie à l’Université Jan Kazimierz de Lviv (alors polonaise) en 1935 et fut engagé au ministère des Affaires étrangères en 1939. Actif dans la résistance depuis le début de l’occupation, il fut émissaire de l’Union de la lutte armée (Związek Walki Zbrojnej, ZWZ) en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis mais également l’auteur de rapports sur la situation de la population juive. Le premier de ces rapports, rédigé dès la fin de l’année 1939, fut montré au gouvernement polonais en France. Il prépara le suivant dans les années 1941-1942, notamment sur la base d’informations qu’il recueillit lui-même dans le ghetto de Varsovie et dans le camps d’Izbica Lubelska.

A l’automne 1942, sur recommendation de Cyryl Ratajski, le Délégué du Gouvernement de la République de Pologne, il se mit en action avec pour mission notamment d’informer les alliés occidentaux de l’extermination des Juifs. Un mémorandum (appelé « Note Raczyński », du nom du ministère des Affaires étrangères) fut rédigé à Londres à partir du matériel conservé par Karski et de ses témoignages, le texte informait les gouvernements des pays occidentaux de l’Holocauste et exigeait une intervention et de l’aide. Cette note, publiée également sous la forme d’une brochure (The mass extermination of Jews in German occupied Poland. Note addressed to the Governments of the United Nations on December 10th 1942) eut un large écho mais n’eut pas d’effets pratiques.

Tout aussi inefficaces furent les tentatives de Karski d’intéresser les élites américaines au sort des Juifs polonais (il rencontra notamment le président des Etats-Unis Franklin Delano Roosevelt en juillet 1943). Bien que des informations sur l’extermination des Juifs provenaient d’autres sources, le témoignage de Karski rencontra souvent l’incrédulité et fut considéré comme de la propagande du gouvernement polonais.

The Story of a Secret State, le livre de Jan Karski édité à Boston en 1944, apportait des infirmations d’une énorme importance. Ce bestseller (400 000 exemplaires) put enfin informer l’Occident des souffrances et de la lutte des Polonais et des Juifs. Après la guerre, Karski s’installa aux Etats-Unis et enseigna à l’Université de Georgetown à Washington. Il reçut en 1982 le titre de Juste Parmi les Nations du Monde pour ses mérites et reçut la citoyenneté israëlienne en 1994. Il est mort le 13 juillet 2000 à Washington. En 2013, la Diète déclara 2014 Année Jan Karski.