Les Polonais dans la Bataille d’Angleterre

L’infanterie, l’artillerie et les blindées attendent toujours plus les combats qu’ils n’y prennent part. Il en fut ainsi des unités polonaises durant la Deuxième Guerre mondiale. Seules l’aviation et la marine se battirent, pratiquement sans arrêt, du premier au dernier jour de la guerre.

Grande-Bretagne. Deux pilotes de la 304e Division de bombardiers « Terre de Silésie » dans la cabine d’un appareil. Photographie : Institut Polonais et Musée du général Sikorski de Londres / Centre Karta
Grande-Bretagne. Deux pilotes de la 304e Division de bombardiers « Terre de Silésie » dans la cabine d’un appareil. Photographie : Institut Polonais et Musée du général Sikorski de Londres / Centre Karta

Après la campagne de septembre 1939, ce sont avant tout les aviateurs polonais qui furent évacués, bien entraînés et prêts pour la bataille, ils donnèrent l’exemple de leur attitude héroïque lors de la défense de la France en mai et juin 1940. En Grande-Bretagne, on forma avec eux deux divisions de bombardiers (300 et 301) et deux divisions de chasseurs (302 et 303). Plus de 80 aviateurs volaient également dans les unités de la RAF. Durant la guerre, les Forces aériennes polonaises comptèrent au total 16 divisions qui se battirent en Europe et en Afrique du Nord. La participation des aviateurs polonais durant la bataille aérienne d’Angleterre de juillet à octobre 1940 devint légendaire. Les pilotes polonais, 144 personnes au total (ce qui constituait environ 5% de l’ensemble des pilotes de la RAF), abattirent environ 170 avions allemands et en abîmèrent 36, donc près de 12% des pertes totales de la Luftwaffe durant la Battle of Britain. La majorité des cibles abattues – 126 pour être précis – fut l’œuvre de la 303e division, la Division de chasseurs varsoviens Tadeusz Kościuszko, considérée comme la meilleure unité de la RAF. Les actions de la 303e division durant la bataille d’Angleterre furent, dès la guerre, l’un des éléments fondamentaux de la cristalisation du souvenir de la participation des Polonais au conflit mondial. Le livre de Arkady Fidler publié à Londres en 1942, intitulé La Division 303, y contribua abondamment. Les rééditions furent colportées dans le pays sous occupation dès la même année tandis qu’en 1943 paraissaient clandestinement au moins trois nouvelles éditions.

Mer Baltique, le 30 août 1939. Morze Bałtyckie, 30 sierpnia 1939. Les destroyers ORP « Grom », ORP « Błyskawica » et ORP « Burza » appartenant à la Marine de guerre polonaise quittent le porte de Gdynia et se rendent en Grande-Bretagne. Photographie : Institut Polonais et Musée du général Sikorski de Londres / Centre Karta
Mer Baltique, le 30 août 1939. Morze Bałtyckie, 30 sierpnia 1939. Les destroyers ORP « Grom », ORP « Błyskawica » et ORP « Burza » appartenant à la Marine de guerre polonaise quittent le porte de Gdynia et se rendent en Grande-Bretagne. Photographie : Institut Polonais et Musée du général Sikorski de Londres / Centre Karta

les marins polonais étaient entrés en action avant les aviateurs. Dès septembre 1939, ils parvinrent en effet à prévenir de la destruction les navires les plus précieux de la Marine de Guerre qui avaient été dirigés vers la Grande-Bretagne juste avant le conflit. D’autres bâtiments, dont le sous-marin « Orzeł », y furent envoyés plus tard. Au moment où la guerre prenait fin, la Marine de Guerre se composait d’un croiseur, de six destroyers, de trois sous-maris et de six chasseurs. Ils prirent part à la bataille de l’Atlantique, aux combats sur la mer du Nord et la mer Méditerranée, à l’évacuation de la France en 1940 ainsi qu’au débarquement de Normandie en 1944, ils défendirent environ 800 convois d’approvisionnement. Il faut encore indiquer qu’à la victoire participèrent également des navires marchands polonais et des ferries, dont les transatlantiques Batory, Piłsudski et Sobieski.

Mer du Nord. Le lieutenant Kazimierz J. Hess et la matelot Józef Gajda sur le pont du destoyer ORP « Piorun » dans les années 1940. Photographie : Institut Polonais et Musée du général Sikorski de Londres / Centre Karta
Mer du Nord. Le lieutenant Kazimierz J. Hess et la matelot Józef Gajda sur le pont du destoyer ORP « Piorun » dans les années 1940. Photographie : Institut Polonais et Musée du général Sikorski de Londres / Centre Karta